Diane Gaignoux - Cdlt+ Contemporary art gallery ♥︎ young emerging artists

Diane Gaignoux

Diane Gaignoux* nous invite chez elle, dans sa chambre à coucher au Havre (France). 

« Les humains émettent des aspects d'eux-mêmes dans ce qu'on pourrait appeler eidolata, des « peaux » ou des morceaux qui viennent d'eux, mais qui ont ensuite une sorte d'existence indépendante d'eux. Ainsi, leur personnalité devient distribuée dans le milieu, au-delà de la limite du corps. » (L'Art et ses agents, Alfred Gell)

Vases - paysages
Vases - portes-empreintes 
Vases - poches
Vases - ventriloques
Vases - doubles soi
Vases - immersion

Formée tout d'abord par les arts appliqués et la mode, Duperré à Paris et la Central Saint Martins à Londres, ma pratique s'est développée de manière pluridisciplinaire autour de l'idée d'un corps comme récipient, en mouvance et en construction entre intérieur et extérieur. Mon travail questionne les notions d'identité, de peau et de corps en mutation. Cette démarche qui partait tout d'abord du vêtement, m'a amenée à travailler la sculpture mais aussi la performance. Une performance « Expeausition » de corps nus peints de vêtements défilant sur tapis rouge fut présentée en mars 2019 au Havre, où je vis et travaille depuis 2018. Une nouvelle pièce performative est en création avec l'aide du Phare, Centre National Chorégraphique au Havre, ainsi que d'autres structures culturelles du territoire.

Dans mon processus de travail, la matière devient une peau que l'on peut lire, sentir, incorporer, renvoyant à une présence, une identité. Le vêtement est une peau sociale et impulse une recherche et construction identitaire. Il y a alors analogie entre l'humain et la matière lui permettant de s'exprimer, que l'on retrouve aussi dans l'usage des objets. Le vêtement-enveloppe, l'objet-receptacle sont des narrations. Objets, vêtements et corps sont traités comme des contenant en résonance à un extérieur. Des « vessels » aux rôles de statuaires, figures de proue de légendes contemporaines et personnelles. Un aspect de ma pratique tend à experimenter et valoriser les espaces de croisements entre les disciplines artistiques. Je la considère pratique de la mise en lien et de l'écho, dans l'objectif de faire exister un entre-lieu de décloisonnement. Jusqu'ici, le format performance m'a paru comme être le medium de l'entre-lieu, permettant de faire dialoguer les divers facettes de mon travail: vêtement, vases, objets, personnages, ombres. 

*1993, vit et travaille au Havre, France. CV 

Œuvres disponibles ➔ Viewing room

  • gallery-image
  • gallery-image
  • gallery-image
  • gallery-image
  • gallery-image
  • gallery-image
  • gallery-image
  • gallery-image

Diane Gaignoux* invites us to her house in Le Havre, France. 

"Humans emit aspects of themselves in what might be called eidolata, 'skins' or bits that come from them, but then have some kind of independent existence apart from them. So their personhood becomes distributed in the milieu, beyond the body boundary » (Art and Agency, Alfred Gell)

Vases - Landscapes
Vases - Imprint
Vases - Pouch
Vases- Ventriloquies
Vases - Alter ego
Vases - Immersive

Firstly formed in applied arts and fashion at Duperré in Paris and Central Saint Martins in London, Diane Gaignoux's practice has developed in a multidisciplinary way around the idea of the body as a "vessel", a container, in movement and construction between interior and exterior. Her work tends to question the notions of identity and body in mutation. This approach, at first engendered by clothing, led her to work with sculpture and performance. A performance of naked bodies painted in clothes, parading on a red carpet, "Expeausition", was presented in March 2019 in Le Havre, where she has been living and working since 2018. A new performative piece is created with the help of Le Phare, National Choreographic Center, in Le Havre.

In her work, the material becomes a skin to read, felt, incorporated, referring to a presence, an identity. Clothing is a social skin that spurs a search for the construction of an identity. There is then an analogy between the human and the material allowing him to express himself, which we also find in the use of objects. Both the clothing-envelope and the object-receptacle are narrations. Objects, clothing and bodies are treated as containers that resonate with the outside. "Vessels" with statuary roles, figureheads of contemporary and personal legends. One aspect of her practice tends to experiment and highlight what could be designated as a space of intersection between various disciplines. Trying to work in an in-between space could be seen as a linking and echoing practice where clothes, vases, objects, figures and shadows are all in conversation.

*1993, lives and works in Le Havre, France.